Tag Archives: veille

Lectures à la minute… la sélection

15 Fév

Je prêche souvent pour la pratique d’une lecture régulière de sources d’information sectorielles. Je m’entends souvent opposer le manque de temps.
Alors, si vous n’avez que quelques minutes à consacrer à votre information, voici mes sélections de la semaine.
Des coups de cœur. Des références. Des étonnements.

Temps maximum cumulé de lecture si vous poussez tous les liens et hors ce post * : 7 min 5 s

Sujet Synthèse, commentaire & source

Minutes de lecture

VCs et sites Vidéos Pourquoi les VCs se sont plantés dans leurs investissements sur les sites vidéos. Quels sont les facteurs clefs de succès pour ces investissements. Quelles seront les voies à suivre. (TechCrunch) – Anglais (ici)

5 min 2 s

E-Reader Statistiques de satisfaction et pistes d’amélioration pour 1 000 utilisateurs (eBouquin) (ici)

1 min 8 s

Kindle gratuit Amazon étudierait la mise à disposition gratuite d’un Kindle pour ses abonnés à l’offre premium. Amusant, cet offre est réservée aux clients qui paient un forfait annuel pour une expédition gratuite et prioritaire de leurs colis phyisiques 🙂 (TechCrunch) – Anglais (ici)

0 min 55 s

*Temps moyen calculé sur la vitesse communément admise pour un lecteur : 240 mots à la minute.

A consulter également :

Publicités

Groupon, Chegg : 2 concepts US à potentiels d’internationalisation, mais quand ?

12 Fév

Souvent, je m’interroge sur la vitesse de globalisation des concepts à succès.

Deux constats récents remettent cette question à l’ordre du jour. Pas de réponse figée. Quelques réflexions.

Postulat : les bons concepts traversent les frontières

Nature & Compagny inspire Nature & Découvertes.
Pizza Hut (livraison à domicile) aboutit à SPizza 30.
FaceBook s’internationalise en quelques clics et serveurs.
Ventes Privées inspirent de nombreux me too dans le monde.

Etc…

Les concepts universels font le tour du monde. Localisés ou non, ils sont adoptés par les consommateurs des pays adaptés à leur niveau de sophistication.

Vous trouverez ci-après deux concepts à potentiel : Quand seront-ils répliqués en France ? Comment ? Par qui ? Bref, quelles sont les modalités qui aboutissent à la propagation mondiale d’un concept à potentiel.

Constat 1 : Aux US, Groupon est un succès : 2.4 M d’inscrits, une valorisation à plus de 250 Millions de $

Le site web Groupon propose aux utilisateurs d’une localité des affaires limitées en nombre et dans le temps. Les coupons générés atteignent de 40 à 90% de remise. A l’échelle locale, les inscrits sont alertés. Ils utilisent leurs media sociaux pour faire savoir la bonne affaire à leurs amis. En effet, il faut atteindre le volume cible d’acheteurs pour bénéficier de l’affaire du jour. La limite de souscription est fixée à minuit. Les internautes intéressés passent leur commande via Groupon. Le site collecte les ordres, génère les coupons pour retrait des services ou produits, établit le lien entre le marchand et les consommateurs.

A ce jour, le concept est simple : un jour, un deal, une ville.

Plus de 50 villes sont activées.

Groupon est rémunéré à la commission sur le volume d’affaires généré. Son pourcentage pour apport d’affaire varie de 30 à 50%. L’objectif de chiffre d’affaires pour 2010 est à plus de 100 M$. Le site déclare être rentable depuis la mi-2009. Son financement atteint maintenant plus de 38 M$.

Écho au constat 1 : France, rien à l’horizon. Allemagne, la « Groupon Fieber ».

Un rapide tour sur les supports d’information français et quasiment pas de vagues : je vois un bref article sur Journal du Net au 02/12/2009 (ici), rien sur NetEco, un coup de cœur de l’excellent Capitaine Commerce au 12/01/2010 avec pédagogie et vidéo (ici) et une petite annonce du 11/02/2010 sur Codeur.com pour un programmeur afin de répliquer le site en France (ici). Bref, calme plat !

En Allemagne, c’est la Fièvre. Les financements sont enclenchés. 4 sociétés se sont lancées dans la course au leadership : Tagesangebote.de, Dealmob.de, et DailyDeal.de surtout CityDeal.de. Les media spécialisés se font le relais de ce phénomène. Voir Exciting Commerce (ici) ou Deutsche Startups (ici).

Constat 2 : Aux US, Chegg est un succès : plus de 137 M$ d’économies pour ses clients.

Je vous ai déjà parlé de Chegg (ici). Ce service propose la location par période universitaire des livres étudiants américains. Les élèves réalisent ainsi une économie allant jusqu’à 85% sur le coût de leurs matériels pédagogiques. Aux US, le budget livre représente jusqu’à 900 $ par an et par élève. Le site a levé plus de 112 M$ de fonds… et annonce avoir permis à ses clients une économie de plus de 137 M$. Les annonces d’extension, de renforcement humain et logistique vont bon train.

Écho au constat 2 : Pas de Chegg à la française à l’horizon

En France, on parle de 223 € par étudiant et par an pour les livres et de plus de 2.2 M d’élèves au-delà du bac. Une opportunité existe. J’ai beau scruter. Je ne vois rien venir.

Quelles sont les conditions d’une internationalisation d’un concept à potentiel ?

Alors, à quand un Groupon like en France, un Chegg like en France ? Quelles sont les modalités qui font que ses concepts seront développés pour le bénéfice de nos consommateurs ?

En prenant ces exemples et aussi les premiers cités, je me dis qu’un business passe les frontières lorsque :

  • Son concept est internationalisable. Le même besoin existe dans tous les pays cibles. Pour Groupon ou Chegg, le besoin de faire des économies est évident. Pour Groupon, la fibre sociale et locale doit jouer à plein.
  • Il n’existe pas de barrière légale locale. Pour les deux projets évoqués, je n’en vois pas.
  • Les financements nécessaires au développement sont à disposition. Notre environnement en capital risque et développement est remarquable.
  • L’information est à disposition pour benchmarker. Je ne vois pas de différence entre un entrepreneur français et allemand. Grâce au web, si tant est que nous ayons connaissance des sources d’information, la détection des concepts qui décollent est possible.
  • La culture du benchmarking est forte. Le syndrome du « not invented here » ne fige pas toute initiative.
  • Un entrepreneur se saisit du projet !

A la réflexion, je me dis que ce sont surtout ces deux derniers critères qui font ou non la propagation des bonnes idées. Notre culture locale de « créatifs et grands inventeurs » peut limiter notre propension à imiter. Le ou les entrepreneurs qui nous adapteront Groupon ou Chegg ne sont pas encore sortis du bois.

Et vous, voyez-vous d’autres critères favorables à l’internationalisation ? Avez-vous détecté une adaptation française de Chegg ou Groupon ?

A consulter également :

9 questions pour construire son projet entrepreneurial en connaissance d’environnement

5 Fév

Je débute une collaboration avec le blog contributif Envie d’Entreprendre. Pendant quelques posts, j’aborderai le thème de la construction de son projet entrepreneurial en conaissance d’environnement. Ci-après le début de mon premier article. L’intégralité est sur Envie d’Entreprendre.

Nous ne sommes pas seuls au monde !

Entrepreneur, créateur, repreneur ; nos clients, consommateurs, confrères, concurrents allouent tout ou partie de leur temps à notre projet.

Les connaître, les comprendre nous permet de tracer notre voie de manière éclairée.

Dans cette mise en perspective, et pour mes propres projets, je distingue 4 rubriques (consommateur, sociétés, légal, hommes) et 9 questions.

La suite sur Envie d’Entreprendre : Cliquez ici !

Lancement du dernier livre de Seth Godin : buzz original et charité

3 Déc

Seth Godin est un visionnaire des nouvelles formes de marketing

Seth Godin a identifié et animé les dernières évolutions du marketing. Il les a théorisés dans ses livres. Ci-après les principaux :

  • En 2000, « Permission Marketing » pose les fondamentaux du dialogue autorisé avec le consommateur, du opt-in
  • En 2005, « La Vache Pourpre : Rendez votre marque, vos produits, votre entreprise remarquables ! » promeut créativité, rupture et marketing à tous les étages
  • En 2008, « Tribus » formalise le pouvoir des communautés sur internet.

Son dernier livre, à sortir, sera consacré aux « Linchpin » ces personnes qui font qu’une entreprise a une âme. Ces personnes qui sont irremplaçables, dont le remplacement change l’entreprise. Ses personnes qui regardent et vivent l’entreprise avec un esprit d’artiste. Un beau menu.

Seth Godin met en pratique ses visions et ses convictions : réseau, charité !

Pour son lancement, Seth a décidé de faire différemment.

Hier, dans un post paru sur son blog (à consulter ici), il a annoncé qu’il n’enverrait pas son livre aux 100 personnes qui comptent. Aux 100 destinataires habituels des media traditionnels. Mais qu’il allait jouer sur ses lecteurs, ses relais d’opinion en mettant en œuvre une politique de promotion originale.

  • Les 3 000 premières personnes qui se manifestent recevront le livre de Seth 3 semaines avant sa parution
  • Ces 3 000 personnes « s’engagent » à parler du livre, bloger, tweter, retweeter, faire savoir !
  • Pour valider leur implication, Seth demande un don de 30$. L’expédition sera prise en charge par Seth sur ses deniers. L’ensemble de la somme sera reversée à Acumen.
  • L’objectif est d’atteindre un minimum de 100 000 $ de dons. Les sommes collectées seront reversées intégralement à des projets d’entrepreneurs qui agissent dans des pays en voie de développement

Seth Godin organise donc un lancement qui combine une opération de buzz et une autre de soutien à une fondation.

Le lancement par la démonstration

L’appel de Seth sur son Blog a eu lieu dans un billet placé au milieu des autres. Il tease rapidement sur son livre : Linchpin et présente surtout son opération.

A l’activation du lien, les donateurs arrivent sur une page de collecte. Un rapide descriptif de l’opération, de sa finalité et du livre est donné. A ce jeudi soir, 24 H après le lancement, 1 451 dons ont été effectués, la somme collectée est 69 280 $.

Pour les lecteurs internationaux, une page dédiée est créée. Le don est à 10 $. Nous recevrons un PDF de 20 pages synthétisant le livre. Pour vous aussi donner et découvrir le livre , suivez le lien !
J’ai donné. Nous reparlerons ultérieurement du livre.

Au-delà du lancement, une nouvelle consécration de la force du réseau

J’apprécie cette opération. Seth Godin passe outre le lancement traditionnel. Il fait totalement confiance à ses lecteurs comme premiers promoteurs. Son marketing part du web. Il repartira vers les media traditionnels.

Au-delà du lancement, la démonstration que l’on peut faire du business et de belles actions

J’apprécie encore plus cette opération car au-delà du lancement, du marketing viral ; Seth Godin contribue à la mise en œuvre d’une belle action et nous tous avec. J’aime à penser que nos actions, même commerciales, ont un bel écho.

Location de livres via le web : la solution pour diviser par plus de 2 le coût des livres d’étudiants

1 Déc

Plusieurs start-up US proposent aux étudiants de louer leurs livres

NetFlix a ouvert la voie en proposant la location de DVD avec un système d’aller-retour pour les abonnés. Je réserve mes DVD via le web. Moyennant un abonnement, NetFlix m’envoie les DVD disponibles. Je retourne gratuitement les DVD après consultation. Je dispose toujours de programmes vidéo à la maison.

Chegg.com et BookRenter.com ont adapté le système au livre universitaire :

  • Sélection de mes livres via leur numéro ISDN sur le web. Le choix est effectué parmi plus d’un million de références.
  • Expédition par le service pour une période convenue
  • Retour à la fin de la période par un colis dédié

Chegg.com annonce une économie de 65 à 85% sur le prix des livres. Aux US, 40% du coût des études supérieures sont représentés par l’acquisition des « text books » (manuels). La dépense annuelle moyenne est évaluée à 900$ pour les étudiants des premiers cycles universitaires (« College »).

Les étudiants conservent leurs ouvrages pendant 30, 45 (un trimestre d’études), 60, 90 ou 125 jours (un semestre d’études). Le prix de location varie en fonction de la durée de conservation.

Les clients sont actuellement actifs depuis plus de 4 000 universités différentes aux US.

Je n’ai pas trouvé de chiffre d’affaires pour Chegg. Signalons toutefois que le cumul de ses levées de fonds en 4 ans atteint maintenant 85 millions de $ et 55 millions de $ en crédits, dettes.

Marketing de réseau et action environnementale

Le marketing repose essentiellement sur la rumeur. Chegg.com a fait un gros travail de présence sur les campus : événements, animations… présentation et dialogue autour du service. Puis le réseau de connecteurs ainsi constitué a fait son travail. La caisse de résonances était amorcée.

Au-delà de la création de trafic, Chegg joue sur l’impact environnemental de son service (à valider : quid des transports ?). Pour toute location, Chegg s’engage à planter un arbre symbole de l’économie de papier réalisée.

France, une opportunité à saisir : un marché potentiel à plus de 200 M€ ?

En France, 2.2 millions d’élèves sont étudiants dans des formations post-bac. En septembre, l’institut Ipsos pour le compte du Crédit agricole estimait à 223 € la dépense pour les livres et fournitures par étudiant. A 50% d’économie, il reste un chiffre d’affaires par étudiant d’environ 100 € et donc un potentiel à 220 millions d’euros à 100% de pénétration. 22 M€ à 10% de pénétration si le marché est réticent. Les systèmes d’accès aux livres différent suivant les formations : les livres sont parfois fournis avec les frais de scolarité, les polyps sont souvent mis à disposition…

Toutefois, de telles perspectives méritent une analyse plus fouillée. Elles peuvent être une opportunité. A quand le Chegg français ?

Pour augmenter les performances, cultivons notre connaissance de la conception-rédaction

28 Oct

La conception-rédaction, le plus rentable des leviers en MD
Pour augmenter la performance commerciale, le levier plus efficace est la conception-rédaction.
Jouer avec les mots ne coûte rien sauf votre intellect. Pour le même investissement de diffusion (media, imprimés ou web), vous pouvez faire varier incroyablement les résultats en changeant les mots.
La conception-rédaction est l’argumentaire du direct marketer. Bien accrocher le chaland, bien l’entraîner vers son produit, lever les freins et pousser à l’action. Tout passe par les mots et les images : la conception-rédaction.

Info Marketing Blog, le musée vivant de la conception-rédaction
Lawrence Bernstein est concepteur-rédacteur. Il est reconnu par les plus grands acteurs de la VAD anglo-saxonne. Pour nourrir sa pratique, Lawrence collectionne et analyse les créations de MD. Son affection va à celles qui développent des argumentaires structurés, riches en mots, souvent proches d’une lettre de mailing. Les créations des légendes de la publicité et du MD sont présentes : Bernbach, Ogilvy, Gribbins, Reeves, Burnett…

Sur Info Marketing Blog, Lawrence présente des centaines de créations. Il restitue leur contenu. Souvent, il nous donne les clefs de compréhension des leviers qu’elles intègrent et qui ont fait leur succès.
Info Marketing Blog, un outil pour structurer votre discours commercial
Ce blog fournit de nombreux exemples d’argumentaires rédigés pour le client final. Il est passionnant de voir le dosage entre accroches, argumentation « émotionelle » et rationnelle.
Par réplication, analogie, ce site est une ressource pour aborder de nouveaux horizons commerciaux, renouveler des créations existantes en se fondant sur les monuments de la conception rédaction.
Info Marketing Blog est une référence pour qui réfléchit à sa façon et à ses mots pour vendre.
Dépassez les sélections qui sont souvent issues de pubs des années 70_80 ou avant, plongez vous dans les messages et cherchez comment ces monuments de la création peuvent vous inspirer.

2009-10 Info Marketing Blog

123people : Mieux que Google pour tout savoir d’une personne !

7 Oct

123people regroupe en une page les informations relatives à un couple prénom + nom et disponibles sur le net.

Sur la page de départ de 123 people, vous trouverez donc : photos, adresse e-mail, numéros de téléphone, vidéos, livres Amazon, actualités, documents publiés sur le net et portant la signature recherchée, résultats google, entrées de blog citant la personne.

Ce site catégorise les données relatives à un individu et facilite ainsi la recherche sur nos pairs. Utile dans le cadre de la préparation de RDV, d’entretiens ou pour surveiller sa réputation numérique.

La seule limite est que ce service travaille sur une paire : prénom + nom. On peut parfois avoir des homonymes. Il faut donc escompter une évolution avec la possibilité d’ajouter des critères remontés par le moteur (ville, naissance, photo…) pour affiner la recherche non plus sur le prénom + nom mais sur une personne.

La société est d’origine autrichienne. Elle est basée à Vienne. Son service est disponible en neuf pays et en sept langues : Allemagne, Autriche,Suisse, Italie, Espagne, Royaume Uni, USA et Canada.

123 pepole

L’Oeil Laser pour déduire les tendances à partir des petits faits du quotidien

30 Sep

Simple, rapide et clairvoyant, l’Œil Laser identifie les micro-faits du quotidien révélateurs des tendances et mutations en cours.

Avec une structure rédactionnelle simple et duale, le fait – l’analyse, l’entité veille du groupe Laser nous propose un décryptage éclairé de notre société.

Tous les mois, une newsletter de 4 pages est publiée.
Une fois par an, les faits les plus significatifs sont compilés. L’approche reste la même : un fait, une analyse. Une page de format poche par fait. 4 parties. 60 faits. Le tout est enrichi d’une analyse en 14 pages du sociologue Jean-Claude Kaufman (Directeur de Recherche au CNRS).

Une lecture rapide pour picorer quelques étonnements.
Une lecture lente et réflexive pour anticiper nos évolutions.

Commander l'Oeil Laser

Commander l'Oeil Laser

Pour passer à l’action, lire notre présent et imaginer le futur avec l’Oeil Laser, vous pouvez cliquer sur le lien ci-contre et acheter le livre.

Pour suivre tous les mois, les décryptages de l’Oeil Laser, leur site. Malheureusement, aucune newsletter ou flux RSS ne sont disponibles.

Quelques micro-faits 2009 pour exemple :

http://www.achetons-groupes.fr (opération événementielle, plus de site actif) / www.teambuy.com.cn : En 99, Clust avait ouvert la voie de l’achat groupé. Trop tôt. Ce concept à l’esprit 2.0 prend corps. 1 million de membres pour Teambuy en Chine !

Carrotmob.org : Mise en compétition des commerçants d’un quartier pour identifier les plus actifs en faveur du développement durable et générer du trafic par les webonautes. Illustration des nouvelles formes de prise du pouvoir des consommateurs.

Village Roadshow : 35$ la séance de cinéma à services et une création de valeurs additionnelles pour les cinéphiles. Un exemple qui parlera aux adeptes de la baignade en Océan Bleu.

…/… 57 autres micro-faits vous attendent !